Armoiries des familles Lepage

Armoiries01Les nouvelles armoiries enregistrées au nom de l’Association des Lepage d’Amérique inc. auprès de l’Office de la propriété intellectuelle du Canada en avril dernier ont été dévoilées lors de l’assemblée générale tenue le 2 juillet 2011 à Rimouski, soit dans le cadre du 15e anniversaire de l’Association. À la demande du conseil d’administration, la présentation a été faite par Jean-François Lepage (membre 0336), fils de Firmin.

Le dessin des armoiries utilisé par l’Association depuis 1996 était la propriété de la Maison des Noms d’Ottawa. Pour faire enregistrer nos armoiries au nom de l’Association des Lepage d’Amérique inc. afin de les rendre officielles, un nouveau dessin devait être produit. Afin de garder une continuité dans l’apparence des armoiries, plusieurs modifications ont été apportées au dessin fourni par la Maison des Noms et des corrections héraldiques devaient aussi être apportées. Les armoiries dévoilées sont l’aboutissement d’un long travail de recherche et d’art héraldique.

Petit glossaire

Armoiries : bouclier avec les ornements intérieurs et extérieurs
Écu ou blason : bouclier avec les ornements intérieurs seulement
Blasonnement : transposition en langage héraldique sous forme écrite du dessin des armoiries

Les armoiries sont un symbole de rassemblement puissant et les membres des conseils d’administration précédents en ont toujours été très conscients. Dès les débuts de l’Association en 1996, la première présidente, madame Jacqueline Lepage, et ses collègues ont entrepris des démarches pour illustrer par une armoirie ce nouveau regroupement familial. Ils ont obtenus de très bonnes informations auprès de la Maison des Noms à Ottawa et en ont tiré les illustrations utilisées depuis. Nous avons toujours un symbole fort pour les Lepage, l’aigle.

On fait souvent l’erreur de penser que des armoiries sont une exclusivité de la royauté ou la noblesse. C’est totalement faux. En fait, le but premier d’un écu est d’être un signe de reconnaissance clair et fort, ainsi qu’un symbole des valeurs que l’on veut atteindre.

Au Moyen-Âge, l’époque où ils sont apparus, les blasons permettaient de reconnaître les combattants sur les champs de bataille. Entourés de centaines de chevaliers en armure, méconnaissables, il fallait éviter de taper sur le cousin ou le voisin! Puis, vers les années 1300 et un peu plus tard, les corporations de métiers, forgerons, tapissiers, marchands ou bourgeois se sont dotés de blasons pour se faire connaître et montrer leur appartenance. Ce n’est que beaucoup plus tard, vers l’époque moderne, on parle ici du début de la colonisation de la Nouvelle-France, que les Royaumes d’Europe y ont trouvé une façon de taxer les aristocrates qui voulaient toujours être bien vus de la Cour. On devait payer pour avoir un blason.

Les spécialistes de l’héraldique ou de l’art des blasons vous le diront : « Rien n’empêche à quiconque d’avoir un blason ». Il existe cependant quelques règles à respecter pour qu’un blason soit jugé valable, dont la première : « Ne jamais usurper les armoiries d’un autre ».

Les nouvelles armoiries ne sont donc pas celles de René Lepage de Sainte-Claire, premier Seigneur de Rimouski, comme on serait porté à le croire, pour celles et ceux qui les connaissent. Elles sont vraiment originales. La différence principale étant au niveau des serres de l’aigle qui n’ont pas ici d’éperons, contrairement au blason de René. Pourquoi? Pour deux raisons. La première est pour éviter une usurpation. Le blason du Seigneur-fondateur de Rimouski a été concédé en bonne et due forme par Louis de Buade de Frontenac, au nom du Roi de France, à René et ses descendants. Il ne pourrait malheureusement pas être utilisé par d’autres branches Lepage, de d’autres régions d’Amérique ou d’Europe.

La deuxième raison est une volonté d’être inclusif. Ces armoiries veulent regrouper toutes les branches Lepage d’Amérique sous un seul blason. Vous pouvez donc être fiers de les afficher et de vous les approprier! L’Association veut d’ailleurs vous fournir le maximum d’appui en ce sens!

L’aigle a été conservé comme emblème car il semble que l’aigle ait été le principal emblème utilisé par au moins trois branches de familles Lepage de France, des États-Unis et du Canada.

Mais des armoiries ne sauraient être complètes sans son blasonnement. Qu’est-ce que c’est? Le blasonnement est simplement la description détaillée et écrite des armoiries, dans une syntaxe et un vocabulaire héraldique, qui permet de s’assurer d’être capable d’en reproduire le dessin par un artiste. Vous vous en doutez, quand les Royaumes européens ont décrétés les taxes sur les blasons, les magistrats chargés de colliger les armoiries n’étaient pas tous des champions en peinture ou en gravure! On écrivait donc le blasonnement, plutôt que de produire l’illustration, dans les armoriaux de l’époque, les registres du moment.

Le blasonnement de nos armoiries se lit donc comme suit :

« D’argent à l’aigle de sable, armée, languée et becquée de gueules,
(écu argent ou blanc, aigle noir, serres, langue et bec rouge)

Le tout surmonté d’un heaume d’argent, cloué et orné de gueules et d’or,
(casque argent avec clous et rubans rouge et or)

Cimé d’un lion issant de gueules tourné à dextre,
(casque chapeauté d’un lion à moitié levé et tourné vers la droite du porteur de l’écu)

Et accompagné d’un lambrequin d’azur et d’or. »
(lambrequin bleu et or)

Le cri : « Association des Lepage d’Amérique inc. »
La devise : « Labore, Justitia »
(Travail et Justice)

Voici donc vos armoiries, chers cousins et cousines et longue vie aux Lepage!

Imprimer E-mail