Testament de Germain Lepage

daté du 10 septembre 1713

Au nom de la Très-Sainte Trinité, Père et Fils et Saint-Esprit, un seul Dieu, en qui je crois, en qui j'espère et que je désire aimer et servir et honorer uniquement durant ma vie et à jamais.

Je sousigné, moi, Germain Lepage âgé de 86 ans, déclare que Dieu m'ayant fait la grâce de considérer avec abandon et confiance, la fragilité de la vie humaine et de voir qu'elle est ordinairement suivie d'une mort surprenante et improvisée, il a eu aussi la bonté de m'inspirer de parvenir à cette surprise incomparable et de me préparer à ce dernier moment, en me dégageant dès à présent de toutes les affaires, leur frivolité, pour n'avoir à mort, aucune pensée que mon salut, ce qui me fait réjouir, après avoir invoqué les grâces du Saint-Esprit et pensé sérieusement au devoir de ma conscience, de faire ce mien testament, que je dicte, écrit et signe de ma propre main, avec une entière liberté et un parfait usage de ma raison, voulant qu'il soit ponctuellement exécuté incontinent après ma mort, selon la tenue des notes suivantes.

Je prie mes enfants de vouloir accomplir une chose qui m'est arrivée durant ma vie, quoique je m'en suis confessé. J'ai trouvé que la pénitence que j'en ai faite selon qui me l'avait ordonné par mon confesseur ne soit pas convenable à la chose, ce pourquoi, je dis à mes enfants de donner cent sols pour satisfaction, avec trente sols que, d'un autre côté, que je ramassai, il y a dix ans à terre, sachant très bien à qui ils appartenaient et je ne les ai pas rendus.

Après ma mort, on me mettra dans un cercueil et on me portera dans ma chapelle ou quoique ce soit en lieu saint, et on me gardera là, en attendant que Dieu me fasse la grâce que vienne un jour pour m'enterrer et quand la sépulture sera venue, on me tirera du cerceuil et on me mettra dans ma fosse tout nu, c'est-à-dire, enseveli dans mon habit du Tiers-Ordre.

Germain Lepage

Rimouski, 10 septembre 1713

Imprimer